Archives

Faut-il être de gauche pour être une femme ?

En tant que député PLR, j’entends souvent des remarques sur le machisme de la droite qui ne donnerait pas sa chance aux femmes en politique.

C’est vrai qu’au Grand Conseil, dans la droite élargie il y a environ 18% de femmes alors qu’à gauche elles sont 60% !

Il est connu, et c’est malheureux, que d’une manière générale les femmes sont moins souvent prêtes à se lancer dans l’arène politique que les hommes.

Je pense qu’il faut tout faire pour faciliter l’accès à celles qui le veulent.

  • D’abord, le fait qu’il y ait plus de femmes en politique peut avoir un effet d’exemplarité sur celles qui hésiteraient.
  • D’autre part, il faut bien le reconnaître, les femmes ont une sensibilité, une approche différente qui est souvent plus consensuelle et orientée « solutions » que les représentants du sexe dit « fort ».
  • Enfin, et ce n’est pas le moins important, les femmes représentent grosso-modo 50% de la population et il est indispensable qu’elles soient correctement représentées.

En revanche je m’oppose fermement à l’idée de présenter, comme les font les Verts et les Socialistes, des listes de candidats avec 50% d’hommes et 50% de femmes (je me demande d’ailleurs, vu les proportions actuelles, si ces formations n’ont pas dû introduire des quotas d’hommes…).

Ce genre de choix implique forcément qu’à un moment, on écarte un-e candidat-e compétent-e parce qu’il-elle n’a pas le bon sexe.

C’est pour ça qu’à droite, nous détestons les quotas ! Pour n’importe quel poste, un-e candidat-e doit être choisi-e pour ses compétence et son expérience, pas en fonction de son sexe, son appartenance ethnique ou sa religion.

Si nous sommes contre les quotas, nous ne sommes pas, en revanche, contre les femmes.

C’est pourquoi j’aimerais aujourd’hui vous présenter deux nouvelles candidates de la liste PLR qui méritent vos voix (elles ne sont évidemment pas les seules, mais je les connais plus particulièrement pour les avoir fréquentées professionnellement) :

HARDYN
Nathalie Hardyn

Directrice adjointe de la chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève

Cette femme de tête, engagée, n’a pas attendu sa candidature au Grand Conseil pour s’impliquer dans la vie genevoise :

Proche des PME de par son métier, elle est également présidente du GTE (Groupement Transport et économie) qui vise à mettre en place une politique des transports axée sur les besoins de l’économie genevoise.

MONTANT
Bénédicte Montant

Architecte

Spécialiste du logement, de l’urbanisme et de l’aménagement, Bénédicte est aussi une amoureuse de Genève et une grande connaisseuse de ses  institutions. Son parcours varié l’a particulièrement bien préparée  au plongeon que représente une élection au Grand Conseil.

Mieux que des mots, son parcours aux multiples casquettes témoigne de son engagement : ancienne présidente de l’Association Genevoise d’Architectes, membre du conseil de direction de la FER, juge assesseur au Tribunal Administratif, membre du conseil de fondation de Trajets.

 

Les défenseurs de l’économie et des PME doivent absolument glisser ces deux noms dans l’urne le 6 octobre !

C’est avec des femmes exemplaires comme elles, et la liste du PLR en compte beaucoup d’autres, que nous ferons avancer la cause des femmes en politique.

 

Bandeau dédié à Genève GC

N'hésitez pas à partager ce lien