Archives

Le MCG serait-il la nouvelle annexe de l’UDC?

Un parti comptant 20 députés au parlement genevois à la botte d’un groupe d’à peine 11 députés?

Un parti qui se dit « ni de gauche, ni de droite » inféodé à l’extrême droite?

On pourrait le croire en regard du surprenant retournement de dernière minute sur le soutien au contreprojet à l’IN 152, orchestré par Eric Stauffer à l’insu même des membres de son propre groupe qui n’en ont été avertis que jeudi en arrivant au Grand Conseil.

Surprenant quand on sait que, depuis plusieurs années, le maître absolu du MCG était pourtant un fervent partisan de la grande traversée du lac, l’une des solutions qui auraient pu ressortir de l’étude de ce contreprojet.

Surprenant également en regard des engagements pris envers, notamment, le conseiller d’état Luc Barthassat par le gourou du MCG.

Surprenant enfin, alors que le caucus du MCG avait décidé de ce même soutien le mardi précédant le vote.

Mais alors, pourquoi cette pirouette? De l’aveu même du Lider Maximo: « parce que le MCG a des intérêts stratégiques supérieurs avec l’UDC et que la décision a été prise au plus haut niveau entre les instances dirigeantes des deux partis », entendez à Berne…

021514_0058_LeMCGserait1.jpgC’est vrai que dans la capitale, le rapport de force est inversé avec l’UDC qui représente le plus grand parti du parlement fédéral alors que l’unique député MCG, au demeurant président de son parti, siège seul sur un strapontin, totalement à l’écart, caché derrière le Conseil Fédéral.

Serai-ce donc pour défendre l’intégration de leur conseiller national au groupe UDC, pour lui permettre d’exister un tout petit peu, que le MCG s’est plié aux ukazes de l’extrême droite populiste?

Alors, le MCG, qui avait été créé sous le sigle MBG (Mouvement Blochérien Genevois) avant de se rabattre sur son appellation actuelle suite au refus du tribun zurichois de se voir associé à eux, se préparerait-il à une « adhésion par la bande » à l’UDC?

Ce qui est sûr, c’est qu’entre Céline et Eric, celle qui porte la culotte n’est pas celui que l’on croit…

N'hésitez pas à partager ce lien

    4 réponses à Le MCG serait-il la nouvelle annexe de l’UDC?

    • Jean-Michel Esperet dit :

      Daniel,

      Selon moi, il faut UNE traversée de la Rade, même une petite, et il la faut au plus vite. Je crois que mes défunts parents avaient déjà voté à ce sujet dans les années 60!!! Les bisbilles entre l’UDC et le MCG que tu évoques sont d’une grande frivolité par rapport à l’enjeu, à savoir de la mobilité en plus (même un peu, même pas assez, mais VITE …) entre les deux rives. Et il ne faut en tout cas pas laisser les vrais empêcheurs, à savoir les Verts et nombre de Socialos, continuer leur travail de sape.

      L’argument du coût et du financement fédéral? On s’est déjà tiré une balle dans le pied en acceptant le supplément de budget du CEVA (1.6 milliards, de mémoire, dont 900 millions de la Confédération, juste pour le gros œuvre, c-à-d sans compter les logements sociaux aux E-V et à la Praille et … la nouvelle Comédie) au nom de très improbables milliers de passagers quotidiens en provenance d’Annemasse .

      Va-t-on en tirer une autre?.

      Soit « réel » STP.

    • Prokesch Luc dit :

      Que c’est triste d’abaisser le débat au niveau de se prononcer sur une variante courte ou élargie, « pont », « tunnel » ou « tranchée » de la traversée du Lac afin de diviser les partisans majoritaire d’une ceinture autoroutière corollaire indispensable pour être en cohérence avec la priorité effective et de moins en moins non contestée aux transports publics en ville.
      Le principe même de cette ceinture, quelqu’en soit le tracé, le mode de financement et la variante de réalisation doit être la priorité affirmée et sanctionnée par un vote de notre legislatif cantonal et ce en coherence d ‘une stratégie de mobilité mixte souhaitable.
      Sa mise en œuvre doit dans être effectuée dans les meilleurs délais, grace à consensus dépassant le niveau médiocre de certains tribus politiques plus intéressés par leurs fonds de commerce…que par la qualité de vie de leurs concitoyens.

    • Laurent Nicole dit :

      Le PLR, n’est plus capable (il vient de le démontrer aux dernières élections) de concevoir un projet de société acceptable pour la majorité de la population, il tente d’accroitre sa capacité de nuisance en brouillant les pistes dans un projet comme celui de des traversées de la rade et du lac. Il est le premier à savoir que la traversée de du lac est reportée aux calendes grecques en raison, notamment de ses atermoiements et de son indifférence aux problèmes de circulation à Genève. Heureusement, le grand conseil ne s’y est pas trompé et a accepté que soit soumis en votation un projet urbain d’autant plus nécessaire que les ponts existants sont et seront de plus en plus occupés par les transports publics, un projet qui est très différent, certes, des besoins d’un périphérique autoroutier, également nécessaire.

    • Daniel Zaugg dit :

      Chers amis,
      J’ai été un chaud partisan de la traversée de la Rade mais les professionnels de la mobilité m’ont, efficacement, démontré que le projet de l’UDC ne résoudrait pas le problème de mobilité:
      IL CREERA DES BOUCHONS!!!
      En plus il est infinançable. Alors oui, je suis pour une traversée lacustre supplémentaire mais pas n’importe laquelle. Je ne redévelopperai pas tous mes arguments dans ce commentaire mais j’invite ceux qui veulent se faire une idée précise de visiter cette page:
      http://www.daniel-zaugg.ch/comparaison-des-trafics/

      Pour un historique plus complet, tous les articles que j’ai écrits sur le sujet se trouvent ici: http://www.daniel-zaugg.ch/category/mobilite/in-152-traversee-de-la-rade/

      Je serais pour un projet urbain s’il résolvait quelque chose, malheureusement ce n’est pas le cas.
      Je ne gaspillerai pas plus d’énergie à vous en convaincre: la décision n’est plus entre nos mains.

      Si le peuple se prononce en faveur du projet je vous fais cependant 2 prédictions:
      1) En 2020, délai donné par l’UDC, nous n’aurons pas donnée le 1er coup de pioche de la traversée de la Rade, faute de financement
      2) Si d’aventure nous la réalisons, elle empirera encore la mobilité genevoise au lieu de l’améliorer

      Ceci dit, J’AIMERAIS ME TROMPER, car je subis les bouchons genevois au quotidien et je n’en peux plus!