Archives

Lybie

Il est libre Max…

Max Göldi est libre c’est confirmé! Et cette bonne nouvelle mérite une chanson de circonstance:

Cette libération c’est aussi pour moi l’occasion de clamer haut et fort ce que, depuis près de deux ans, je taisais par respect pour les otages.

Suzanne Matelinat a dit: « Ce que tu ne peux changer, acceptes-le et concentres tes efforts là ou ils auront de l’effet ».
C’est souvent vrai mais aujourd’hui ma révolte l’emporte sur la sagesse…

Si on me braque un flingue sur la tempe, je suis prêt à dire tout ce que l’on veut entendre, à faire toutes les promesses…n’importe quoi pourvu qu’on n’appuye pas sur la détente.

Mais quand le flingue ne sera plus là, je n’aurai aucun scrupule à me rétracter et en aucun cas je ne me sentirai lié par ce que l’on m’aura extorqué sous la contrainte

Alors, que la Suisse et ses représentants aient fait, jusqu’à ce jour, tous les bons bruits pour satisfaire le psychopathe Libyen et sa famille, c’est tout à fait normal !

Cela prouve simplement que nous attachons plus de valeur à la vie d’un otage qu’à l’image que peuvent se faire de nous les gens assez naïfs pour croire ne serait-ce qu’une seconde aux pathétiques gesticulation Libyennes.

  • Voilà un dictateur dont le fils est un voyou notoire qui se comporte comme s’il était au dessus des lois.
  • Un dictateur qui a appelé à la destruction de la Suisse.
  • Un dictateur dont le monde entier s’accorde pour dire qu’il opprime son peuple et qui, pendant de longues années, a ouvertement cautionné la pire des abominations: le terrorisme.

Voilà donc ce dictateur qui soudain aimerait faire croire au monde que son pays est un état de droit alors même qu’il a retenu pendant 695 jours une personne pour une erreur administrative ? Pour un visa expiré ?

Oui, la justice Genevoise a certainement commis des fautes selon le droit international lors du placement en détention pendant 2 jours de Hannibal Kadhafi …et alors ?

Si je vous vole une lettre et qu’en retour vous brûlez ma maison, est-ce à moi de vous présenter des excuses ?

Il y a une motion pendante devant le parlement Genevois demandant qu’Hannibal Kadhafi soit déclaré persona non grata sur le territoire Genevois.

Une motion MCG, dont le ton insultant comme d’habitude ne convient pas, une motion dont l’exposé des motifs dénigre inutilement le comportement de nos autorités dans la gestion d’une crise difficile. Une motion qui a été déposée en pleine crise des otages, démontrant le mépris du MCG pour les intérêts de ceux-ci.

Et pourtant, aujourd’hui mon coeur me dit : votons-la !

Exprimons clairement à ces fantoches que nous n’avons pas besoin d’eux. Que la Suisse ne se laisse pas ridiculiser par un maître-chanteur, fût-il assis sur une montagne de barils de pétrole.

Je sais, nous avons des intérêts économiques dans ce pays et une rupture des relations ne serait pas sans conséquences, mais la question est posée : jusqu’où devons nous nous compromettre au nom de ces intérêts ? Notre liberté, nos lois et notre souveraineté ne sont elles pas des valeurs plus importantes que ces considérations ?

Je n’ai pas de réponse simple mais je serai heureux de lire vos commentaires…