Archives

C’est arrivé près de chez vous

Une rue est fermée à la circulation à deux pas de votre immeuble !

Le bonheur, pensez-vous …

A vous les promenades dans un environnement préservé du bruit et de la pollution!

Votre enthousiasme risque cependant d’être de courte durée, car le besoin de mobilité n’a pas diminué pour autant. La circulation a simplement été concentrée sur un nombre d’accès plus restreint.

Dont votre rue.

Pas de chance, n’est-ce pas ? A vous les joies du report de trafic, de la voiture qui tourne en boucle à la recherche du Graal de l’automobiliste : une place de stationnement, toujours plus rare.

Le projet de fermetures de 50 rues ne se base sur aucune vision d’ensemble.

Résultat : si votre rue n’est pas concernée, elle subira de plein fouet le report de nuisance.

Etes-vous prêts à payer le prix fort pour que quelques privilégiés – dont des élus bien placés – puissent se décharger des nuisances inhérentes à la ville sur le dos des autres ?

Si la réponse est non, rejetez le projet de fermeture de 50 rues.

N'hésitez pas à partager ce lien

    3 réponses à C’est arrivé près de chez vous

    • Alexis Barbey dit :

      Fort pertinent.
      Au surplus, ne néglige-t’on pas l’aspect sécurité. Une rue piétonne, après la fermeture des magasins et des bistrots, se transforme vite en coupe gorge.

      Peut-être devrait on les ouvrir à la circulation la nuit? Ou faire comme à Sion des zones de rencontre où les voitures cohabitent (à 5 à l’heure) avec les piétons prioritaires.

    • thierry dit :

      J’ai une boutique à Genève, depuis la restructuration des emplacements de places de parc et la raréfaction de celle-ci, la fréquentation est continuellement en chute.
      De nombreuses arcades ont fermés dans mon quartier. De mon coté,j’envisage également de poser les plaques (une vendeuse/reponsable de la boutique sera licenciée), la situation devient intenable. Il faut 45 mn pour passer d’une rive à l’autre, ce n’est plus supportable, les clients préferent les grands centre commerciaux et délaissent les boutiques de quartier.
      Dommage, j’avais parié sur Genève il y a quelques années, je vais y laisser des plumes et passer à autre chose, on ne m’y reprendra plus.
      🙁

    • Danielle BENOIT dit :

      Et en plus, j’ai lu qq.part que ces rues seraient recouvertes de pavés ! c’est déjà pas bon pour les talons aiguilles, mais avez-vous songé aux handicapés sur leur fauteuil roulant ? ils sont secoués à chaque pavé comme s’il avait le parkinson !
      Moi je vote NON aux rues piétonnes car, en tant qu’handicapée, je dois aller faire des courses en ville en voiture de temps en temps.