Archives

Hier Genève était au bord du précipice…

Aujourd’hui, elle a fait un grand pas en avant!

C’est en tout cas ce que disent déjà les mauvaises langues suite à l’élection du Conseil d’Etat ce dimanche.
CE-2013

  • Pierre Maudet
  • François Longchamp
  • Serge Dal Busco
  • Luc Barthassat
  • Antonio Hodgers
  • Anne Emery-Torracinta
  • Mauro Poggia


D’autres analyseront pourquoi celui-ci plutôt que celui-là, discuteront de qui est le gagnant et de qui est le perdant de cette élection ou s’inquiéteront du manque d’expérience de la plupart d’entre eux.

Moi, ce Conseil d’Etat me plaît !

Bien sûr, les « nouveaux » vont devoir confronter leur vision abstraite de la fonction de Conseiller d’Etat à la réalité complexe du terrain. Cela ne se fera pas sans quelques couacs par-ci et par là.

Mais aujourd’hui Genève va être gouvernée par un Conseil d’Etat qui inclut des représentants de toutes les forces en présence.

Parallèlement, le Grand Conseil, avec ses 3 blocs de force sensiblement égale, est devenu une entité fluide qui changera au gré d’alliances de circonstance. Il sera de ce fait moins prône aux blocages que précédemment.

La combinaison de ces deux facteurs trouble beaucoup d’élus, car elle signifie la fin des rapports de forces prévisibles, la fin d’un certain confort intellectuel, cependant, elle peut également déboucher sur une nouvelle dynamique pour Genève.

Aujourd’hui, c’est ce que je choisis de croire.

A nos nouveaux élus je ne dirai donc que 2 choses : bravo et au boulot !

N'hésitez pas à partager ce lien

    Une réponse à Hier Genève était au bord du précipice…

    • Jean-Michel Esperet dit :

      Je partage votre analyse et m’associe à vos vœux. Ma seule amertume est l’élection de Mme Emery-Torrancinta. Sous ses dehors courtois, elle reste selon moi une gauchiste tendance post-soixante- huit-arde. Hier soir, lors des interviews sur Léman Bleu, par rapport aux trois priorités connues de tous et largement reflétées par cette élection , à savoir la sécurité, la mobilité (au sujet de laquelle Hodgers a eu au moins la prudence de ne pas s’exprimer) et le logement, Mme Emery-Torracinta a cru bon de ressortir la partition des « valeurs de Gauche » et du « domaine sociâââl ». Ce que j’ai trouvé désespérément ringard, ces valeurs et ce domaine n’ayant que trop siphonné l’argent des contribuables ces dernières années (mais je suppose que la majorité des .électeurs de cette dame ne sont pas des contribuables)

      Il est cocasse que l’on harcèle Mauro Poggia au sujet de sa compatibilité avec l’esprit de collégialité alors que celle de cette dame n’est pas contestée, en dépit de tels propos, non?

      Enfin, j’aurais aimé que l’état déplorable des finances publiques du Canton fut un tant soit peu abordé (autrement que sous la forme d’un remerciement au « grand argentier » David Hiler). Cette question, selon moi, transcende toutes les autres.

      Amicalement

      JME