Le blog de Daniel Zaugg
Archives

Le PPP, sauveur de Mobilités 2030 ? Pas du tout !

En démontrant la faisabilité d’unTraversée du Lac

partenariat public-privé (PPP)

pour financer la Traversée du

Lac les milieux patronaux volent

au secours du plan Mobilités 2030.

 

Non ! répond Michèle Künzler.

Trois heures à peine après la conférence de presse organisée par les milieux économiques, la Conseillère d’Etat en charge de la mobilité genevoise nous répond :

  1. La priorité c’est l’élargissement du contournement autoroutier
  2. Nous envoyons un mauvais message à Berne qui risque de remettre en question le financement fédéral de cette traversée
  3. C’est trop cher

Si on reprend ses arguments un par un, ils ne tiennent pas la route, c’est le cas de le dire :

  1. L’élargissement de l’autoroute de contournement est indispensable et c’est un projet fédéral de priorité 1, il se fera donc de toute manière
  2. Pour ce qui est du message envoyé à Berne, Genève en a, elle, reçu un très clair en provenance de la capitale : le Conseil des Etats et le Conseil National ont tous deux refusé de considérer que la Traversée du lac est un projet prioritaire.
    Traduction : « Voui, voui, on la fera, quelque part entre 2050 et 2080… »
  3. C’est sûr que de ne pas faire de traversée du tout couterait moins cher en termes d’investissements. Pour ce qui est du coût de l’immobilité pour l’économie genevoise, je ne pense pas que la verte conseillère l’ait pris en compte dans ses calculs…

Mais le cœur du problème n’est pas là : en réagissant si rapidement, la Conseillère d’Etat démontre qu’elle ne nous livre que son opinion personnelle et non celle du Conseil d’Etat. Impossible en effet de prendre connaissance de tous les tenants et aboutissant de l’étude et de consulter ses collègues en trois heures!

Cette réaction soulève également de nombreuses questions sur l’agenda caché des Verts. En effet, aussi bien le Plan Directeur Cantonal que la stratégie « Mobilités 2030 » du Conseil d’Etat intègrent la réalisation d’une Traversé du Lac à l’horizon 2030 comme une clé de voûte de la future mobilité genevoise.

La proposition des milieux économiques, financiers et patronaux devrait donc apparaître comme une bouée de sauvetage pour ces planifications, remises en cause par le «NEIN» sec et sonnant de la Berne fédérale.

La seule manière d’expliquer la réaction irréfléchie de la Conseillère d’Etat, c’est de considérer qu’en fait la situation actuelle l’arrange…

En effet, la stratégie Mobilités 2030 peut être décomposée en deux volets :

  1. Un catalogue de mesures préconisant notamment d’importantes réductions de trafic au centre-ville
  2. Une Traversée du Lac

Le premier volet, cher au cœur des Verts, se concentre avant tout sur la qualité de vie des habitants du Canton et sur la préservation de l’environnement.
Ce volet est nécessaire mais DOIT être accompagné d’une alternative pour les activités économiques sous peine d’asphyxier Genève. La santé économique du Canton est un élément aussi important de notre qualité de vie qu’un environnement agréable.

Sans traversée du Lac, Mobilités 2030 n’est plus qu’un programme de décroissance pour Genève!

Je conjure donc nos autorités de se montrer plus constructives que Mme Künzler, et d’examiner attentivement la proposition des milieux économiques.

 

N'hésitez pas à partager ce lien

    6 réponses à Le PPP, sauveur de Mobilités 2030 ? Pas du tout !

    • Entièrement d’accord avec vous. Les Verts et leurs alliés sont créateurs de nuisances, sinon des nuisances eux-mêmes. Meilleures salutations

    • Bonjour,
      Je voulais juste vous faire part de mon avis concernant la traversée que je qualifie d’ inutile alors que des choses bien plus pressante
      Depuis bientôt 50 ans que la France ne construit plus rien sur son territoire pour arranger les milliers de frontaliers qui viennent travailler chez nous !Exemple y a-t il un projet d’autoroute qui relierai le valais à Genève en passant par la France ? NON
      Alors qu’on en a tous besoin, au lieu de ça la Suisse paye pour les citoyens Français des bus qui les amènent chez nous plus des P+R plus le Ceva ! personne ne parle de péage urbain ? alors que nous Suisse payons assez cher nos infrastructure que les étranger utilisent sans payer de droit de passage si ce n’est une ridicule vignette. J’aimerai juste que pour une fois on pense au Genevois qui habitent a Genève et qui contribue à l’évolution de notre canton.
      merci de pouvoir laisser les gens s’exprimer.

    • L’idéal aurait été que les autorités cantonales prônent auprès du DETEC que la troisième voie autoroutière soit disjointe de l’actuelle autoroute de contournement, à savoir que la traversée du lac serve de facto d’élargissement à l’autoroute.
      Deux arguments à cela :
      – l’élargissement du tunnel autoroutier de Vernier et le franchissement du Rhône occasionnera de nombreux coûts, voire obligera à fermer une voie temporairement dans chaque sens, alors que déjà aujourd’hui les bouchons y sont récurrents chaque fin d’après-midi. Sans parler qu’avec la demi-jonction autoroutière prévue dans le secteur, on manquera sensiblement de place…
      – Avec la traversée du lac, les automobilistes qui ne font que transiter dans le canton n’aurait pas à faire le grand tour via Bernex et Perly avant de prendre l’autoroute Blanche à Etrembières et filer sur Annecy.
      Dans tous les cas, j’encourage notre députation à remettre l’ouvrage sur le métier sitôt après les élections. En partant du principe que complémentarité des transports oblige, la réflexion d’y mettre aussi une voie ferrée pour boucler le réseau doit aussi être menée.

      Je partage complètement la vision de Daniel Zaugg, aucune diminution du trafic routier en ville (comprendre sur le pont du Mont-Blanc) n’est réalisable avant qu’une nouvelle traversée du lac ne soit ouverte. A moins de décréter que le pont du Mont-Blanc est réservée au seul trafic routier privé et aux utilitaires, les cycles étant confinés à la passerelle des Bergues (tel que cela est déjà prévu par le plan de mobilité en vigueur) et les TPG sur les ponts de l’Ile.

    • C’est de la pure logique. Je suis soulagé de ne pas être le seul a comprendre que le parti écologique,sans Hiller est la vrai menace…

    • D’accord avec vous, une fois de plus. Mais il y a une initiative UDC en ce sens. Une traversée certes pas parfaite mais une traversée quand même. On ne peut pas attendre jusqu’à 2030. Mais qu’attend le PLR pour la soutenir massivement?

      Meilleurs salutations