Archives

Mon credo

Un entrepreneur en politique?

Pour une Genève prospère

J’adore Genève!
Notre petite-grande ville-canton du bout du Lac.

Il y fait bon vivre, il est agréable d’y travailler et notre niveau de vie est un des plus élevés de la planète.

La diversité culturelle, la prospérité économique, un environnement idyllique, tous ces facteurs font de Genève une ville à taille humaine avec tous les avantage d’une grande.

Les organisations internationales et les sociétés multinationales ne s’y trompent pas, elles qui viennent en masse s’établir chez nous.

Nous avons les impôts les plus élevés de Suisse, l’un des filets sociaux les plus élaborés du pays, une proportion de fonctionnaires par habitants démesurée, et, malgré cela, nous caracolons en tête du classement mondial pour ce qui est de la qualité de vie dans notre canton.

Comment est-ce possible? La réponse tient en un mot: P-R-O-S-P-É-R-I-T-É.

Si nous avons tous ces coûteux avantages, c’est parce que nous pouvons nous le permettre! C’est notre prospérité économique, le dynamisme de notre région, le haut niveau d’instruction de nos concitoyens qui nous permet d’assurer un filet social pour les plus démunis d’entre nous.

Aujourd’hui cependant, nous assistons à une dérive: la montée du populisme, la progression de l’insécurité liée à l’attractivité de notre région pour les délinquants de tout poil, la perte de mesure de la gauche qui demande toujours plus d’avantages sociaux…

Je crois qu’il est important de ne pas mordre la main qui nous nourrit, que notre priorité absolue doit être de préserver cette prospérité dont le reste découle.

C’est pourquoi je m’engage pour préserver le haut niveau de performance économique qui est le nôtre, pour que les PME ne soient pas étouffées sous les réglementations absurdes et les démarches administratives.

J’ai une fibre écologique: je suis préoccupé par l’état de la planète, je tiens à laisser aux générations futures un environnement ou il fera bon vivre.

Cependant notre qualité de vie n’est pas seulement liée à un environnement préservé mais également à notre capacité à nous déplacer au quotidien.
Aussi sur un projet d’utilité publique comme la Traversée du Lac mon choix est clair, entre la préservation de l’habitat naturel de quelques crapauds et le confort quotidien des habitants de toute une région il n’y pas photo: Genève a besoin d’un contournement si elle veut continuer son développement.

J’ai également une fibre sociale: je pense qu’il est barbare de laisser sur le coté de la route les plus démunis, je crois que les individus comme les personnes morales ont une responsabilité sociale et solidaire.
Cependant je crois également en la responsabilité individuelle: je pense que « comme on fait son lit on se couche » et je refuse de confondre responsabilité sociale et assistanat. Aidons ceux qui veulent s’aider eux-mêmes. Je suis un adepte du vieil adage

« Il vaut mieux apprendre au mendiant à pêcher que de lui offrir un poisson »

C’est sur ces grands thèmes que sont la sécurité, la mobilité, la fiscalité et le logement que j’axe mon engagement. Je crois que quand ces conditions sont réunies, dans une société démocratique et dynamique comme la nôtre, la prospérité, source de toute évolution, est au rendez vous.

 

 

N'hésitez pas à partager ce lien