Archives

parlement

Le verre d´eau qui fait déborder le parlement

Un Stauffer vociférant, gesticulant, postillonnant, au bord de l’apoplexie qui tente par tous les moyens de faire durer le débat, de faire durer le show, a demandé successivement le renvoi d’un projet de loi aux finances, à la fiscale, aux travaux et à l’aménagement.

Avait-il un quelconque espoir d’y parvenir ? Non, bien sûr ! Il savait bien, au vu des votes précédents, que ses propositions ne seraient pas acceptées.

Mais il connait aussi parfaitement la loi qui permet aux rapporteurs de s’exprimer pendant 3 minutes sur chaque demande de renvoi en commission et qui lui permet ainsi de marteler ses positions, encore et encore, ad nauseam.

Il a également une parfaite conscience que cette prise d’otage, légale j’en conviens, ne peut qu’énerver ceux qui lui ont, à 5 reprises, signifié démocratiquement et à une écrasante majorité qu’ils ne soutenaient pas sa position. Alors, quand on lui reproche des faits de son passé, il passe à la vitesse supérieure, agressant physiquement un élu qui, comme lui, a pourtant le droit de s’exprimer.

J’ai toujours dit, paraphrasant le grand Asimov, que  « La violence est le dernier refuge de l’incompétence ».

C’est quand quelqu’un est débordé, a court d’arguments qu’il a recours à cette dernière extrémité.

Mais aujourd’hui je révise mon jugement : cette violence-là était calculée pour obtenir un résultat, pour faire parler de son auteur, pour lui offrir encore une extension de la tribune médiatique dont il raffole.

Et dans quel but ?
N’importe quel  militant MCG vous le dira :

« Vous allez voir le nombre de sièges qu’on va rafler en 2013 ! ».

Alors bravo ! Bravo à cet homme qui érige la violence en stratégie de communication, à cet homme qui sait que plus Genève ira mal, plus il engrangera les voix des mécontents. Il met en scène les plus bas instincts humains, sachant très bien que chacun d’entre nous a rêvé, un jour ou l’autre, de faire taire son adversaire par la simple force.

Le fait que son agression soit lâche, peu risquée contre un homme de 60 ans, lui importe peu et elle importe peu à ses admirateurs qui ne retiendront qu’une chose : il a osé faire ce dont ils ne peuvent que rêver.

Voilà qui est Eric Stauffer : un stratège, un show man, un homme qui sait comment obtenir ce qu’il veut, un homme pour qui la fin justifie les moyens.

Les questions que j’aimerais poser à ceux qui l’admirent c’est :

Voulez-vous réellement porter un tel  homme au pouvoir ?
Etes-vous sûrs qu’il se préoccupe de vous ?

Score: 2-98, avantage buvette !

9 interviews téléphoniques, 6 articles dans divers journaux romands au cours de la semaine écoulée, de mémoire de député, je n’ai jamais été autant sollicité par la presse sur un seul et même sujet…

Mais qu’ai-je donc fait de si extraordinaire ?

Aurais-je joué un rôle clé dans la chute de Hosni Moubarak ? Ai-je, à moi tout seul, fait passer une loi qui va changer durablement le quotidien des genevois ?

Que nenni ! En revanche, j’ai eu le malheur de m’interposer entre les députés Stauffer et Broggini lors d’une altercation à la buvette du Grand-Conseil, ce qui a fait de moi le témoin privilégié de ce non-événement.

Injures, verres de bière à la figure, crachats, un comportement qui ne glorifie ni les élus ni l’institution, c’est certain.

Mais qu’est-ce que cela démontre ?

Rien d’autre que le fait qu’au sein d’un échantillon de 100 personnes, représentatif de la population, 2% des individus sont capables d’avoir un comportement indigne et violent.

Sommes-nous donc tombés si bas que 2 personnes qui s’empoignent arrivent à éclipser, du moins médiatiquement, le travail sérieux des 98 autres ?