Archives

élections

La Métallurgie du Bâtiment Genève soutient ses candidats

Sur le thème: « Pourquoi des entrepreneurs au Grand Conseil », la Métallurgie du Bâtiment Genève a invité des décideurs de tous horizons à assister à un déjeuner-débat.

Pour agrandir l'image, cliquez dessus!

Pour agrandir l’image, cliquez dessus!

Article dans « Tout L’Immobilier »

La question de la prostitution des jeunes bientôt résolue !??

C’est fou ce que notre avis devient important quand on est candidat !

Montagne de paperasseSoudainement, une foultitude d’associations et de groupements, dont, pour certains, nous ignorions jusqu’à l’existence, nous adresse une piles de questionnaires.

Chacun aimerait savoir si nous soutenons leurs valeurs, si nous sommes en accord avec leurs projets.

Si nous donnons « les bonnes réponses », on nous fait miroiter un soutien sur la liste de recommandations qui sera publiée dans le journal de l’association, voire dans la presse.

Le dilemme se pose lorsqu’on reçoit un questionnaire d’une association dont on ne partage que peu ou pas du tout les idées. Nous voilà confrontés à 3 choix :

  1. Ne pas répondre, puisqu’on n’a aucune chance d’être soutenu
  2. Leur dire ce qu’ils veulent entendre, dans l’espoir de gagner en visibilité. C’est tentant lorsqu’on  se rappelle qu’il y a 476 candidats pour 100 sièges.  C’est peut-être un peu démago mais, après tout, « les promesses rendent les fous joyeux » !
  3. Répondre honnêtement, en se disant qu’à défaut d’être soutenu, on les informera au moins que tout le monde ne partage pas leurs idées.

C’est cette dernière option que j’ai choisie. Cela ne m’apportera pas forcément des voix mais aura au moins l’avantage de me positionner clairement et en toute transparence.

C’est donc dans cet esprit que j’ai répondu au questionnaire du Parti Evangélique Genevois (PEV).

Quelle n’a été ma surprise de recevoir, lundi, un appel d’une journaliste qui était intriguée par l’une de mes réponses (voir l’article de la TdG). Je suis en effet l’un des seuls candidats à avoir répondu « non » à la question suivante :

Vous engagez-vous à proposer des mesures concrètes offrant une alternative aux jeunes de moins de 25 ans pour sortir de la prostitution ?

J’ai répondu à la journaliste que j’étais évidemment tout à fait favorable au fait que des jeunes de cet âge disposent d’autres choix que la prostitution et que je soutiendrai tout projet allant dans ce sens.

Si j’ai répondu « non », c’est parce que je ne peux pas « m’engager à proposer des mesures concrètes » dans un domaine auquel je ne connais rien…

Je me réjouis en revanche que la question des prostitués de moins de 25 ans soit en passe d’être définitivement résolue à Genève :

Comment pourrait-il en être autrement, puisque les 47 autres candidats ayant répondu au questionnaire vont, dès leur élection, « proposer des mesures concrètes » allant dans ce sens ?

A bon entendeur…

Le MCG veut diminuer la police !

Avec sa liste de 99 candidats, la chancellerie est obligée de diminuer la police…

…de caractères utilisée pour les listes électorales de tous les partis. (article TdG du jour)

S’agit-il d’une stratégie délibérée ?Police

En tout cas, les nouveaux partis, avec des listes de 17 ou 25 candidats vont trouver la pilule amère.
Grâce à ce coup de force au nom de l’égalité de traitement, ils vont en effet apparaître comme des groupuscules: une grande feuille blanche avec quelques noms qui se courent après, ca ne fait pas très sérieux!

C’est stratégiquement bien joué. En effet, les nouveaux partis attirent souvent les voix des mécontents du système, de ceux qui ne se reconnaissent pas dans les institutions en place, bref, de l’électorat qui constitue la base du MCG.

Alors, ce mouvement qui compte aujourd’hui 16 élus espère-t-il en placer 99, ou cherche-t-il, en remplissant sa liste à ras-bord, à paraître plus important qu’il ne l’est? Peut-être veut-t-il tout simplement rendre plus difficile les opérations d’ajout ou de latoisage sur ses listes ?

Quel que soit leur objectif, louons tout de même leur modération: par attachement à la démocratie et au pluripartisme, il reste tout de même UNE place pour UN opposant…

Faut-il craindre les visées hégémonistes du MCG ?

Je vous laisserai former votre propre opinion, moi j’ai ma réponse:

Si le ridicule ne tue pas
et si tout ce qui ne tue pas rend plus fort,
alors le MCG doit être quasi invincible…

 

 

La Fédération des métiers du bâtiment soutient ma candidature

AG FMB-Soutien des batisseurs

Article paru dans Tout l’Immobilier du 1er juillet 2013

La démocratie menacée par les concierges d´école, mais que fait la police ?

L´avocat MCG Mauro Poggia se lance dans un juste combat pour le respect de la démocratie et des droits politiques.

En effet il s´est passé quelque chose de scandaleux : dans deux communes ce sont des concierges d´école, probablement des frontaliers d´ailleurs, qui ont été chercher les urnes.

Ca fait froid dans le dos !

Imaginons un instant le scénario suivant :

  1. Si les deux bureaux de votes concernées étaient ceux de Carouge et d´Onex (les deux bureaux ou il y a eu le plus grand nombre de votes rentrés, respectivement 4´210 et 4´053)
  2. Si TOUS les électeurs de ces deux communes avaient comme un seul homme voté Stauffer à l´exclusion de tout autre candidat
  3. Si les deux affreux concierges à la solde du non moins affreux PLR avaient échangé les urnes contre d´autres, savamment préparées en faveur de Pierre Maudet mais laissant quand même quelques votes pour ses concurrents histoire de ne pas attirer l´attention…

Si tout cela était arrivé, les mathématiques seraient sans appel : les 5´535 voix qui dans ces deux communes sont allées à d´autres candidats reviendraient à M. Stauffer !

Euh…attends, mais c´est pas assez ! Il reste toujours 7’019 voix d´écart en faveur de M. Maudet…

Oui mais c´est sans compter tous les autres affreux concierges (une corporation totalement noyautée par le PLR comme chacun le sait) qui ne se sont pas fait choper !

Heureusement qu´il y a le MCG pour dénoncer les dérives mafieuses qui entachent nos élections !

Stauffer : pile ou fesse ?

Vous en avez marre des élus qui se battent dans les bars ?

Votez Eric Stauffer, un candidat sérieux !

Eric Stauffer côté fesse

(photo publiée par M. Stauffer sur sa page facebook)

Lui il n´use de violence qu´à la buvette du parlement, ou alors en plénière du Grand Conseil !
(voir «Score: 2-98, avantage buvette ! » et « Le verre d´eau qui fait déborder le parlement »)

Au-delà du gag de cette photo de mauvais goût, que l´on peut imputer au sens de l´humour du candidat, il y a une réalité plus gênante :

La campagne de M. Stauffer est basée sur un mensonge éhonté!

En effet, cette campagne, entièrement basée sur la sécurité (voir article dans Le Temps), part du principe que M. Stauffer pourrait reprendre ce département de la sécurité en cas d´élection. Or il n´en est rien !

Isabel Rochat, conseillère d´état en charge du département sécurité police et environnement n´a pas l´intention de le quitter et la loi ne prévoit aucune procédure qui permettrait de la forcer à le faire. Par ailleurs on voit mal le Conseil d´Etat chambouler toute son organisation juste parce qu´il y a un nouvel élu !

Non, le département qui est en jeu, c´est celui des constructions ou éventuellement le département solidarité et emploi si le Conseil d´Etat décidait de laisser M. Longchamp garder le DCTI.

Quelles sont les propositions de M. Stauffer pour résoudre la crise du logement ?
La construction de « containers-cellules » à l´aéroport ?

Comment propose-t-il de résoudre le problème des communes qui refusent le plan directeur cantonal ?
Par la « tolérance zéro » ?

Electeurs, si vous devez voter Stauffer, faites-le, mais faites-le pour les bonnes raisons.

Ne votez pas Stauffer parce qu´il vous promet monts et merveilles dans le domaine de la sécurité, un domaine où il n´a pas l´ombre d´une chance de pouvoir les tenir…

Ne jouez pas les constructions et le logement ou l´emploi et la solidarité à pile ou face !

Voter ? Oui mais pour qui ? Je ne les connais pas moi…

Cette phrase là, quel candidat ne l´a pas entendue au moins une fois au cours de la campagne ? J´avoue qu´avant d´être candidat, je l´ai moi-même prononcée.

 

Maintenant, évidemment, tout a changé: je suis député, candidat à ma propre réélection, je les connais (presque) tous  et j´ai une réponse toute faite, quoique peut-être un peu biaisée, à cette question.

Mais pour le citoyen normal, qui ne voit de la politique que ce que les médias veulent bien en montrer et qui préfère se regarder un bon policier à la télé au lieu de suivre avec assiduité nos passionnants débats sur Léman bleu ? Pour celui-là, les élections sont un véritable casse-tête. L´habituel taux de participation d´environ 40% le démontre.

Bien sûr, quelques célébrités sortent du lot, en bien ou en mal d´ailleurs. Chacun, au détour d´un article de journal ou d´une interview aura vu ou entendu Olivier Jornot s´exprimer sur la justice et la sécurité, Elisabeth Chatelain ou Gabriel Barillier nous chanter les mérites du CEVA ou encore l´incontournable Eric Stauffer expliquant pourquoi il doit se rendre armé en commission.

Mais en dehors de ceux-ci et de quelques autres tout aussi visibles, quels choix reste-t-il à notre amateur de séries policières ?

S´il se reconnaît dans les idées d´un parti, il peut voter compact et c´est là un choix hautement respectable que font beaucoup de citoyens.

Cependant, si l´on veut voter malin, composer un parlement idéal dont les orientations correspondent le mieux à nos idées il existe un outil passionnant qui mérite que l´on s´y arrête: smartvote. En s´inscrivant sur ce site gratuit (http://www.smartvote.ch) on se retrouve confronté à un questionnaire abordant les principaux enjeux politiques du moment. Si l´on prend la peine de le remplir on dispose alors d´un profil politique sous forme graphique qui résume nos orientations.

Mais l´outil ne s´arrête pas là : il propose ensuite à l´utilisateur la liste des candidats et des partis les plus proches de ses idées, donc logiquement, ceux qui sont le plus susceptible de prendre les décisions qui iront dans son sens. Il permet également des analyses poussées, pour ceux qui le désirent.

Bien entendu smartvote a ses limites, il ne prend par exemple pas en compte la force de conviction des candidats, leur capacité à faire passer leurs idées ou au encore leur habileté à trouver des consensus.

Il néglige aussi totalement le fait que certains partis ont donné des recommandations de (smart)vote à leur candidats ce qu´il est aisé de constater lorsque l´on clique sur l´onglet « analyse » qui positionne les candidats sur deux grands axes et que l´on voit des dizaines de points s´entasser les uns sur les autres. Aux électeurs de savoir s´ils veulent voter pour ces candidats « alignés couverts ».

Enfin, d´autres partis, la liste des Aînés et le MCG pour ne pas les nommer, ont carrément refusé de se prêter au jeu. Mais ce fait est révélateur en soi : ces partis extrêmes qui se disent ni de gauche ni de droite craignent de dévoiler leurs vraies orientations, qui, soit dit en passant, ne sont un secret pour personne.

C´est pourquoi ce site  ne doit rester qu´une aide à la décision, mais c´est à mon avis un outil qui mérite d´être utilisé. Pour ma part je souscris à cette démarche citoyenne et vous invite à remplir votre smartvote.

Voici le mien :

A titre de comparaison ma correspondance avec les différents partis: