Archives

künzler

Le PPP, sauveur de Mobilités 2030 ? Pas du tout !

En démontrant la faisabilité d’unTraversée du Lac

partenariat public-privé (PPP)

pour financer la Traversée du

Lac les milieux patronaux volent

au secours du plan Mobilités 2030.

 

Non ! répond Michèle Künzler.

Trois heures à peine après la conférence de presse organisée par les milieux économiques, la Conseillère d’Etat en charge de la mobilité genevoise nous répond :

  1. La priorité c’est l’élargissement du contournement autoroutier
  2. Nous envoyons un mauvais message à Berne qui risque de remettre en question le financement fédéral de cette traversée
  3. C’est trop cher

Si on reprend ses arguments un par un, ils ne tiennent pas la route, c’est le cas de le dire :

  1. L’élargissement de l’autoroute de contournement est indispensable et c’est un projet fédéral de priorité 1, il se fera donc de toute manière
  2. Pour ce qui est du message envoyé à Berne, Genève en a, elle, reçu un très clair en provenance de la capitale : le Conseil des Etats et le Conseil National ont tous deux refusé de considérer que la Traversée du lac est un projet prioritaire.
    Traduction : « Voui, voui, on la fera, quelque part entre 2050 et 2080… »
  3. C’est sûr que de ne pas faire de traversée du tout couterait moins cher en termes d’investissements. Pour ce qui est du coût de l’immobilité pour l’économie genevoise, je ne pense pas que la verte conseillère l’ait pris en compte dans ses calculs…

Mais le cœur du problème n’est pas là : en réagissant si rapidement, la Conseillère d’Etat démontre qu’elle ne nous livre que son opinion personnelle et non celle du Conseil d’Etat. Impossible en effet de prendre connaissance de tous les tenants et aboutissant de l’étude et de consulter ses collègues en trois heures!

Cette réaction soulève également de nombreuses questions sur l’agenda caché des Verts. En effet, aussi bien le Plan Directeur Cantonal que la stratégie « Mobilités 2030 » du Conseil d’Etat intègrent la réalisation d’une Traversé du Lac à l’horizon 2030 comme une clé de voûte de la future mobilité genevoise.

La proposition des milieux économiques, financiers et patronaux devrait donc apparaître comme une bouée de sauvetage pour ces planifications, remises en cause par le «NEIN» sec et sonnant de la Berne fédérale.

La seule manière d’expliquer la réaction irréfléchie de la Conseillère d’Etat, c’est de considérer qu’en fait la situation actuelle l’arrange…

En effet, la stratégie Mobilités 2030 peut être décomposée en deux volets :

  1. Un catalogue de mesures préconisant notamment d’importantes réductions de trafic au centre-ville
  2. Une Traversée du Lac

Le premier volet, cher au cœur des Verts, se concentre avant tout sur la qualité de vie des habitants du Canton et sur la préservation de l’environnement.
Ce volet est nécessaire mais DOIT être accompagné d’une alternative pour les activités économiques sous peine d’asphyxier Genève. La santé économique du Canton est un élément aussi important de notre qualité de vie qu’un environnement agréable.

Sans traversée du Lac, Mobilités 2030 n’est plus qu’un programme de décroissance pour Genève!

Je conjure donc nos autorités de se montrer plus constructives que Mme Künzler, et d’examiner attentivement la proposition des milieux économiques.

 

Table ronde au Parlement des Jeunes Genevois

Je débattrai ce lundi 18 février sur l’initiative de l’AVIVO
« Stop aux hausses des TPG »

Seront présents:

  • La conseillère d’état Michelle Kunzler qui, une fois n’est pas coutume sera dans le camp du « NON » avec moi
  • Le maire de la Ville de Genève, ancien administrateur des TPG, Rémi Pagani qui,sans surprise, défendra l’initiative de son collègue Christian Grobet
  • La conseillère municipale indépendante ex-PDC Sandra Golay qui défendra l’avis de son nouveau parti, le MCG

Cette table ronde aura lieu à:

Espace de quartier Le 99, au 99 rue de Lyon, 1203 Genève

de 19h30 à 21h00 est sera suivie d’un apéro

Pour plus d’informations sur ce sujet d’importance, voir également l’excellent article du Matin de samedi dernier ainsi que mon billet du 4 février Initiative de l’AVIVO : coûteuse, anti-jeunes et anti-TPG !

David Hiler est-il réellement le gourou de la finance que tout le monde prétend?


 

En 7 années de « maîtrise » verte des finances,

le déficit cumulé des budgets défendus par

M. Hiler dépasse les 1,2 milliards…

 

 

Le tableau ci-après récapitule les budgets présentés par le Conseil d’Etat sous l’égide du vert David Hiler, responsable des finances, depuis son entrée en fonction:

 Année Résultat
2006  -292’265’796
2007  -191’087’765
2008  52’583’629
2009 15’320’320
2010  -357’828’971
2011 -175’042’019
2012  -349’228’385
Déficit cumulé sur 7 ans 1’297’548’987

Et je ne tiens pas compte du budget 2013, déficitaire une fois de plus, que le Grand Conseil a renvoyé au Conseil d’Etat pour qu’il revoie sa copie…

Oh! J’entends déjà tous ceux qui vont dire que les comptes, eux, sont positifs de 2006 à 2011 et que, par conséquent, la gestion du gouvernement est excellente. Oui bien sûr, mais dans la plupart des cas, si les comptes sont excédentaires, c’est à cause de recettes exceptionnelles.

Dans le seul domaine qui relève réellement de la compétence du gouvernement, le dispendieux train de vie de l’Etat, les charges n’ont fait qu’augmenter sur la même période.

Autrement dit, l’Etat a été sauvé par la bonne santé de l’économie…

Alors que nous reste-t-il?

Une jolie chanson de l’époque où les Verts nous promettaient monts et merveilles, à se passer et à se repasser en boucle:

(extrait non modifié du clip électoral 2005 des Verts genevois)

 

Michèle Kunzler se préparerait-elle à abdiquer?

On pourrait le croire lorsqu’on lit ses déclarations dans le quotidien 20 minutes

«J’attends maintenant que ceux qui ont fait capoter la candidature de M. Vibourel fassent des propositions…» (voir l’article)

Le choix du président du conseil d’administration des TPG est une prérogative du Conseil d’Etat. Pourquoi Mme Künzler désire-t-elle que d’autres fassent son travail à sa place? En serait-elle incapable?

Voilà donc une conseillère d’état qui prévoit une nomination contraire à la loi actuelle et qui espère pouvoir faire accepter en urgence une modification législative pour lui permettre de mener son projet à bien.  Soit.

 

Mais, au delà de la sidérante maladresse dont elle a fait preuve dans la gestion de ce dossier, retenant des informations capitales sur un sujet qu’elle savait pourtant extrêmement sensible, je ne peux que me poser la question :

 Ajouterait-elle l’imprévoyance à l’incompétence?

On peut comprendre son désir de mettre en place le candidat de son choix, mais est-ce de la bonne gestion que de ne pas avoir de solution de rechange, de plan B, lorsque ce que l’on sait que ce que l’on préconise est illégal?

Entre l’introduction du nouveau réseau de trams, le scandale des distributeurs, « les études de l’EPFL » commanditées par un certain membre de leur propre conseil d’administration et concluant à l’inefficacité du réseau, les TPG sont déjà dans la tourmente.

Est-il normal que cette régie publique se voie privée de présidence du conseil d’administration pour une durée indéterminée parce que Mme Künzler a manqué de sens politique, parce qu’elle n’a pas su envisager l’échec ?

Gouverner c’est prévoir, c’est avoir une vision. Mais c’est aussi anticiper ce qui pourrait aller de travers.

Est-ce par des gestionnaires à la petite semaine que nous voulons être dirigés ?

Présidence des TPG

La nationalité du favori divise les élus

Découvrez comment  le manque de transparence de la conseillère d’état nous a mené droit dans le mur…

Cliquez sur l’article pour l’agrandir

 

Recherche directeur opérationnel qualifié…

Imaginons un instant la situation suivante: administrateur d´une grosse entreprise, vous recherchez un nouveau directeur opérationnel pour remplacer un collaborateur sur le départ.

Le poste à repourvoir demande des qualités managériales importantes.

Les candidats devront être à même de:

  • Gérer tous les aspects financiers du service et respecter ses budgets
  • Gérer les ressources humaines d´un service de plusieurs centaines de personnes
  • Faire avancer parallèlement de nombreux dossiers complexes
  • Avoir des idées et être capables de les mettre en application

Comme on le voit le poste nécessite une solide expérience.

Se présente une première candidate, Madame K., dont le CV est le suivant:

  • Etudes en théologie
  • Plusieurs petits boulots

Loisirs : aime la cueillette de champignons

Lorsque vous l´interrogez sur ses idées, elle vous explique qu´elle a bien analysé les problèmes de votre société et qu´elle a tout compris:

Votre entreprise est bien trop grande et il est urgent d´en limiter la croissance…

Vous vous faites rapidement une opinion et vous préparez au prochain entretien.

***

A ce moment là éclatent des cris dans l´antichambre de votre bureau et vous allez voir ce qui se passe:

Le candidat suivant est en train de faire un esclandre car votre secrétaire a servi un rafraichissement à votre plus important client et a oublié de lui en proposer un…vous calmez le jeu et faites entrer Monsieur S.

Il entre dans votre bureau et s´installe dans votre fauteuil, vous laissant la chaise pour les invités et vous constatez avec une certaine crainte qu´il se balade armé. Après vous avoir expliqué qu´il ne sort jamais sans son flingue vu qu´il est menacé par des groupes mafieux étrangers, il vous explique son parcours:

  • A été administrateur dans 3 sociétés qui ont toutes fait faillite
  • A été victime d´une malencontreuse erreur judiciaire qui lui a valu, à tort, la détention préventive
  • A encore quelques dettes impayées

Loisirs : Aime faire parler de lui dans les médias et rouler en moto (il s´est fait retirer le permis de conduire mais cela n´a pas grande importance, il a, paraît-il, un très bon avocat)

Selon lui la solution aux problèmes de votre entreprises est évidente et il vous propose de tout  réorganiser en 45 jours :

Le problème de base est selon lui le mobbing de vos employés par leurs chefs frontaliers, il suffit donc de les licencier pour remettre de l´ordre.

***

Après avoir éconduit le malotru, qui vous menace illico de vous trainer en justice si vous ne l´engagez pas, vous accueillez la candidate suivante, Madame P., qui vous adresse un grand sourire et vous présente son CV:

  • formation d´hygiéniste dentaire
  • licence en sciences politiques
  • directrice du service social de la ville

Plus étoffé que les deux premiers, vous dites-vous, elle doit même savoir ce qu´est une fiche de paye…

Et oui elle sait ! Et elle aborde immédiatement le vif du sujet: vos employés sont démotivés parce que trop mal payés! Elle propose d´introduire des mesures de soutien aux moins favorisés en  réduisant le salaire des cadres et en le redistribuant aux travailleurs.

Vous lui expliquez qu´il est très difficile de réduire les salaires.

« Pas de problème ! Il suffit dans ce cas de simplement augmenter les bas salaires. » « Et pour le financement ? » lui demandez-vous. « Yaka augmenter les prix facturés aux clients! » « Et si on les perd? » « Ce n´est pas si grave, on réduira la taille de la société. »

D´ailleurs elle est assez copine avec la première candidate et vous propose de les engager les deux car la parité n´est pas bien respectée dans votre conseil d´état…pardon, dans votre conseil d´administration.

***

Quel candidat choisiriez-vous ?

Elections au Conseil d’Etat…et s’il fallait un contrepoids?

Je tiens en premier lieu à remercier publiquement toutes celles et tous ceux qui ont apportés leur soutien à ma candidature au Grand Conseil.

Je ne suis malheureusement pas élu … …pour l’instant. En effet en tant que second viennent-ensuite sur la liste libérale, si Isabel et Mark sont élus au Conseil d’Etat, je pourrai continuer à défendre les intérêts des PME au parlement.   Aussi, me voyez-vous motivé à plus d’un titre pour vous parler de l’importance capitale de ce vote pour le Conseil d’Etat :

  1. La continuité de mon action dépend de l´élection des deux candidats libéraux J
  2. Les grands gagnants de cette élection,  le MCG et les Verts ont un point commun : ils sont anti-développement. Le MCG, par simple opportunisme électoral, n´hésite pas à s´opposer aux grands projets comme le CEVA ou à la main d´oeuvre frontalière sans laquelle Genève ne serait pas ce qu´elle est. Les Verts par leur opposition systématique à tout déclassement et au libre choix du moyen de transport.
  3. Une seconde législature avec une majorité de gauche ou une entrée des populistes (MCG et UDC) au gouvernement serait une catastrophe dont l´économie genevoise mettrait des années à se relever

Alors votez, et surtout FAITES VOTER la liste de l´Entente au Conseil d´Etat (Mark Muller, Isabel Rochat, François Longchamp, Pierre-François Unger).

Parlez autour de vous de l´importance de ce vote pour créer un contrepoids aux élections catastrophiques du Grand-Conseil.

Et surtout, quelles que soient vos affinités personnelles, ne biffez personne sur cette liste, nous aurons besoin de tous nos candidats pour pouvoir mener à bien une politique de développement raisonnable et durable qui prenne également en compte les besoins des entreprises.

Permettez-moi de vous emmener pour un petit tour d´horizon des candidats de l´entente et de leurs adversaires :

Mark Muller

Ses adversaires lui reprochent de ne pas construire assez : c´est faux !

Pendant sa législature le nombre d´autorisation de construire délivrées a augmenté de manière spectaculaire :

Il est inutile d´expliquer que, vu de la lenteur des procédures administratives genevoises, il y ait besoin de plus de 4 ans pour que cette action porte ses fruits.

Il s´emploie actuellement à l´accélération, l´allègement et l´optimisation de ces mêmes procédures administratives, une tâche titanesque au sein d´un département sclérosé par des nombreuses années de règne « Grobétien », un département dans lequel certains fonctionnaires n´ont toujours pas compris qu´ils étaient au service des citoyens et non l´inverse.

Un autre de ses défis est le raccourcissement des délais de paiement, un point essentiel pour nos entreprises. Une commission réunissant des fonctionnaires et des représentants des associations professionnelles dont votre serviteur a été mise sur pied et des solutions sont en cours de mise en place.

Mark est également l´architecte de l´accord sur le logement qui a permis de faire sauter la fameuse règle des 2/3 des logements sociaux qui constituait un incroyable frein à l´investissement dans l´acte de construire.

En cas d´élection de ces deux candidats, l´aménagement retournera au sein de son département, mettant ainsi fin aux blocages systématiques que M. Cramer a imposé au développement du canton ces dernières années.

Isabel Rochat

Cette femme de tête dispose de tous les atouts pour récupérer le second siège qui revient traditionnellement aux libéraux: un sens de la négociation, du contact et du compromis hors du commun, qualités doublées d´une solide expérience de l´exécutif après avoir été trois fois Maire de Thônex, une ville de 14’000 habitants.

Lors des contacts que j´ai eus avec elle, j´ai toujours été impressionné par son intelligence vive et incisive ainsi que par son sens politique qui lui permettent d´aller au coeur des problèmes.

Elle mérite votre confiance.

François Longchamp et Pierre-François Unger

Sans détailler leurs bilans honorables, je vous dirai simplement que ce sont des valeurs sûres qui méritent votre soutien pour retrouver une majorité de la droite traditionnelle au gouvernement, seul contrepoids possible à la montée des populistes et des anti-frontaliers.

Qui sont leurs adversaires ?

Eric Stauffer

Le trublion. Diaboliquement habile pour jouer sur toutes les peurs du citoyen. Un populiste sans scrupules, malheureusement doté d´un charisme indéniable, qui n´hésite pas à accuser toute la classe politique de corruption pour arriver à ses fins : à l´entendre il serait le seul à défendre les intérêts des genevois contre les magouilles de tous les autres.

Quel est son parcours, son bilan ? Deux succès à son actif en quatre ans, l´affaire des déchets napolitains et le salaire du président des SIG. A force de dénoncer des centaines de « scandales » il a fini par mettre le doigt sur deux points qui méritaient une certaine attention… En dehors de cela, qu´a-t-il fait ?

Sa première campagne portait sur les amendes de stationnement, y a-t-il eu une quelconque amélioration ?

Quelques faits :

M. Stauffer

  • a quitté l´île Maurice après un scandale financier,
  • a été administrateur de 3 sociétés qui ont fait faillite et a fait un passage en détention préventive pour son implication dans la société Investraders SA, mise en faillite pour son activité illégale
  • a soi-disant été un espion pour la confédération, le dit haut et fort mais ne donne pas de détails et finit par se réfugier derrière le secret-défense
  • se balade armé au parlement parce qu´il est soi-disant menacé par la pègre Marseillaise
  • conduit un scooter alors qu´il est sous le coup d´un retrait de permis
  • a été accusé d´avoir frappé un spectateur du Grand Conseil et n´a pas été inquiété faute de preuves

Même si aucune de ces affaires n´a débouché sur une condamnation, vous ne trouvez pas que cela fait beaucoup ? Al Capone en son temps n´a pu être condamné que pour fraude fiscale, car on n´a jamais pu prouver qu´il dirigeait la pègre de Chicago…

Le peuple genevois estime manifestement qu´un tel « dénonciateur » a sa place au parlement, soit, mais au gouvernement ? Là, il ne s´agit plus seulement de dénoncer publiquement, d´accuser sans preuves et de passer à la télévision, il faut agir avec efficacité et finesse si l´on veut obtenir des résultats…

Mauro Poggia

Un dangereux opportuniste apparu à la dernière minute sur la liste du MCG après que le PDC lui ait refusé l´accès à la députation. Un avocat anti-CEVA qui n´hésite pas à prononcer des énormités telles que : « Puisque l´argumentaire du faux est toujours plus complexe que sa réfutation …» alors que c´est évidemment l´inverse : en politique, c´est le menteur qui a la tâche facile, puisqu´il nous dit ce que nous voulons entendre…

Un inconnu en politique, sans la moindre expérience, qui brigue un siège au Conseil d´Etat par pure ambition personnelle, ce n´est pas ce dont nous avons besoin. Sa place, par décision populaire, est au parlement où il pourra déclencher un combat des chefs au sein du MCG qui servira les partis plus raisonnables.

Yves Nidegger

Un candidat relativement sérieux qui, malheureusement pour lui, ne fait partie d´aucune alliance et n´a donc aucune chance d´obtenir le quorum d´un tiers des votants nécessaire pour passer au Conseil d´Etat.

Son pouvoir de nuisance, en dispersant les voix de droite, est en revanche important. Ne le laissons pas devenir le « Grobet de la droite », l´homme qui coulerait la liste de l´entente en drainant des voix qui manqueraient à d´autres candidats.

Michèle Künzler

Elle n´a qu´un seul combat : moins de voitures en ville ! C´est un peu maigre comme programme…

  • Si vous voulez 200 rues piétonnes en ville…
  • La fermeture d´une voie sur le pont du Mont-Blanc…
  • Un arrêt complet du développement urbain…

…alors il faut voter Künzler !

Je n´ajouterai qu´une chose sur cette candidate :

Vous avez aimé la mobilité selon Cramer ? Vous allez a-do-rer Künzler !

Véronique Pürro

Lors d´une récente interview elle déclarait : « Je compte poursuivre l´action de M. Moutinot… », sacré programme quand on parle du seul Conseiller d´Etat qui a brillé par sa totale inaction ! Contestée au sein de son propre parti et mal élue au Grand Conseil, certains socialistes se demandent carrément s´il ne serait pas plus profitable de laisser en lice le seul Charles Beer…réponse ce soir, après l´assemblée du parti socialiste.

Elle représente ce qu’il faut à tout prix éviter :

  • Les socialistes soutiennent sans faille la LDTR
  • Ils sont partisans d´un Etat fort, donc lourd, qui intervient à tous les niveaux de la vie économique
  • Ils sont opposés à tout allègement fiscal
  • etc…

Je vous épargnerai mes commentaires sur MM Hiler et Beer, qui de toute façon devraient être reconduits dans leur fonction par l´Alternative et qui, bien que n´étant pas de mon bord, font à mon avis un travail correct au sein de leur départements respectifs.

Alors pour moi le choix est clair ! Même si je n´y voyais aucun intérêt personnel, je vous dirais la même chose :